top of page
  • aszmyt7

Enjeux et perspectives autour du cloud souverain

Dernière mise à jour : 7 mai

Ces dernières années, la digitalisation de l’économie internationale, la génération croissante de

données et le développement du travail nomade poussent les organisations publiques et privées à

se tourner vers une nouvelle solution d’hébergement et de sécurité : le cloud computing.


Permettant aux organisations d’accéder aux services informatiques d’un fournisseur (serveurs,

logiciels, bases de données...) via Internet, les Cloud sont accessibles à distance, depuis n’importe où

dans le monde. La sécurité et le traitement des données stockées sont ainsi les principaux risques qui

découlent de l’hébergement de ces technologies, un enjeu à maitriser et à contrôler de manière

indépendante.


Vers un Cloud souverain

Le Cloud représente ainsi aujourd’hui un enjeu international technique, politique et économique : outre la souveraineté numérique face notamment à la cybercriminalité, le cloud incarne désormais une certaine forme d’indépendance politico-stratégique et devient facteur de compétitivité économique.


En ce sens, l’État français a mis en place le « Cloud de Confiance » : une qualification garantissant la conformité à l’ensemble des exigences du label SecNumCloud de l’ANSSI en matière de protection des données et de souveraineté. Ce label garantit aux autorités publiques, Opérateurs d’Importance Vitale (OIV) et Opérateurs de Services Essentiels (OSE) en Europe, un niveau de protection et d’indépendance total en terme de localisation des infrastructures, de systèmes mais aussi de portage

opérationnel et commercial de l’offre.


L’objectif du « Cloud de Confiance » est de pouvoir disposer des meilleures technologies Cloud mises à disposition par des entités labellisées, de confiance, exclusivement soumises au droit européen, sans concessions en termes de sécurité et protégées contre toute règlementation extracommunautaire.


Cette Stratégie Nationale vise à promouvoir l’émergence d’acteurs européens avec pour objectif de concurrencer un marché dominé par des géants américains (AWS, Microsoft, Google captent aujourd’hui environ 70% du marché européen) et sécuriser l’hébergement des données personnelles et industrielles européennes.


À l’échelle européenne, l’association Gaia-X doit permettre à l'Europe d'accélérer son basculement vers le « Cloud » et l'économie de la donnée pour « acquérir une part substantiellement plus élevée du marché de l'économie numérique ». L’Alliance Euclidia (European Cloud Industrial Alliance) va plus loin et propose de bâtir un véritable Cloud européen basé sur des technologies et un savoir-faire européens¹ plutôt que de soutenir l’émergence d’offres sous licences américaines.


Quelle solution choisir pour son entreprise ?

En France, plusieurs entreprises sont actuellement labélisées SecNumCloud dont notamment Oodrive, 3DS Outscale et OVHCloud.


D’autres sont en plein essor comme Bleu, une entreprise indépendante qui mettra à disposition de ses clients (État, administrations publiques, infrastructures et entreprises critiques) la suite de collaboration et de productivité Office 365 en partenariat avec Microsoft, ainsi que l’ensemble des services que propose aujourd’hui la plateforme Cloud Azure. Ce partenariat garantit un hébergement des données et des applications Cloud dans plusieurs régions françaises pour assurer la résilience des applications, contrairement au modèle actuel d’hébergement diffus à l’échelle internationale.


Alors que les technologies Cloud devraient représenter un chiffre d’affaires équivalent à celui du secteur des télécommunications à horizon 2030 et que le secteur public devrait quant à lui accroître son utilisation du Cloud de 18 % par an d’ici 2025², le Cloud souverain est ainsi devenu une priorité commune à l’échelle européenne qui rencontre toutefois des difficultés telles qu’un retard de livraison, le coût des licences ou encore le décalage avec une offre internationale beaucoup plus

développée.


Dans ce contexte et face à ces enjeux toujours plus présents tant dans le secteur public que privé, les équipes KLB évoluent et accompagnent leurs clients dans la définition de leur stratégie cloud, mais aussi dans le choix et l’acquisition de la solution la plus adaptée à leurs besoins.



– Alexandre WEITEMEIER, Contract Manager chez KLB.



4 vues0 commentaire

Comments


bottom of page